Commanders Act

Le 25 mai 2018 marque le début d’une nouvelle ère pour les données personnelles. Mais aussi celui d’un nouveau chantier…

Nous y sommes donc. Après un compte-à-rebours digne d’un décollage d’une fusée SpaceX, le GDPR (pour General Data Protection Regulation ou RGPD pour Règlement Général sur la Protection des Données) est entré en vigueur le 25 mai. Et, finalement, la Terre (enfin, sa version numérique) continue de tourner. Certes, la mise en conformité au GDPR des bases emailing a conduit à une saturation de nos boîtes mail tandis que quelques médias étrangers ont tout simplement fermé leurs sites aux utilisateurs européens.

Ces effets de bord mis à part, nous sommes bel et bien entrés pour les données personnelles dans une nouvelle ère : celle de la responsabilisation qui voit les organisations prendre soin d’obtenir un consentement explicite des utilisateurs et expliquer de manière pédagogique (en tout cas, essayer) ce qu’elles font de ces données. Faut-il en déduire que nous pouvons passer à autre chose ? Pas vraiment…

Nous ne vivons en fait que le tout début de l’histoire. Pour trois raisons au moins. Primo, si les entreprises ont ouvert leur chantier GDPR, pour la plupart, le dossier est loin d’être clos. Et pour cause, la liste des sujets à traiter est vaste : évaluation des risques, minimisation de la collecte, remise à plat des modalités de consentement, sensibilisation des collaborateurs… Secundo, la réglementation va encore évoluer, notamment avec e-Privacy qui s’intéresse plus spécifiquement aux communications électroniques, et les organisations devront à nouveau s’adapter.

Enfin, troisième raison qui explique pourquoi les entreprises sont loin d’en avoir fini avec la « privacy », bon nombre d’entre elles ont touché dans ce contexte la limite de leur « stack martech ». Difficile en effet de gérer proprement les tags à l’heure du GDPR sans un TMS (Tag Management System) apte à gérer les consentements. Difficile aussi de gouverner cette conformité à l’heure de l’omnicanal et des alliances data sans une DMP (Data Management Platform) ou une solution qui s’en rapproche.

Le 25 mai a juste marqué la fin d’une période intense de sensibilisation. Place maintenant à une nouvelle phase, celle de l’industrialisation de la conformité. Avec des enjeux tout aussi critiques puisqu’il s’agit de concilier conformité et… performance du marketing digital. De qui nourrir de belles discussions lors du Conversion Summit. Rendez-vous le 19 juin 2018.

Partagez
Tweetez
Partagez