Article

8min lecture

Server-Side Testing : Définition, Avantages et Exemples

AB Tasty a récemment mis à la disposition de ses clients une version Beta du Server-Side Testing. Cela ouvre un nouveau monde des possibilités de tests – mais cela nous a aussi fait comprendre que tout le monde n’est pas vraiment familier avec les tests server-side, quand sont-ils utiles et comment ils peuvent être pleinement exploités ?

Alors, voici un bref récapitulatif pour ceux d’entre vous qui s’interrogent encore sur le Server-Side Testing !

Les tests Server-side et client-side

Avant de nous lancer dans la définition et les explications, reprenons la terminologie. Nous avons fait le choix de ne pas traduire ces termes, pour ne pas rentrer dans des confusions de langues !

Si vous utilisez une solution SaaS d’optimisation de site web (comme AB Tasty), vous connaissez déjà les solutions de test server-side et test client-side.

Les tests client-side signifient simplement que les modifications liées à l’optimisation du site ne se produisent que dans le navigateur du visiteur, c’est-à-dire du côté du client. Pour faire cela, vous n’avez pas nécessairement besoin de connaissances en matière de développement web. C’est d’ailleurs une de nos promesses chez AB Tasty ! Même si parfois la connaissance de HTML, JS ou CSS peut être utile.

C’est l’une des principales choses à retenir sur les tests client-side : l’interface web est la salle de contrôle de vos tests et tous les scripts sont exécutés sur les navigateurs de vos visiteurs.

Image Source

Cependant, la facilité d’utilisation des tests client-side – peu ou pas de développement web nécessaire – comporte également des inconvénients. À savoir, le scope de vos tests reste largement lié au design : changement de couleur, contenu, mise en page, suppression ou ajout d’éléments, etc.

Avec les tests client-side, le scope de vos tests reste largement lié au design : changement de couleur, contenu, mise en page, suppression ou ajout d’éléments, etc.

Pour certaines entreprises, c’est très bien et déjà suffisant. Il existe d’innombrables idées de test que vous pouvez déployer en client-side, mais après un certain temps, beaucoup veulent aller plus loin. C’est là que le test server-side entre en jeu.

Client-Side Server-Side
Marketing + Tech Tech + Marketing
Agilité et Réactivité Scénarios avancés et Restrictions
WYSIWYG + HTML/CSS/JS Code / App Implementation
Contenu, UI et UX Fonctionnalités et Logique Business
Web Technologies Plateforme et Language Agnostique

Des tests plus riches avec le Server-side

Dans un certain sens, les tests server-side suppriment les solutions intermédiaires (le tag AB Tasty est utilisé pour les tests client-side). A la place d’une solution, les développeurs peuvent utiliser directement le code et accéder directement aux sources, ainsi travailler sur les serveurs qui vont charger le site sur le navigateur de l’utilisateur final. Les équipes Marketing peuvent toujours définir les paramètres d’un test dans l’interface AB Tasty, mais toute l’implémentation se fait au niveau du serveur web.

Les campagnes client-side et server-side sont définies dans la même interface AB Tasty. Dans la capture d’écran ci-dessus, vous pouvez définir vos variations, vos objectifs ainsi que l’allocation du trafic (dynamique ou non). Oui tout ça dans la même interface ! Le design des variations est l’étape juste après.

Nous générons les identifiants associés et fournissons à vos développeurs des instructions pour prendre en charge votre implémentation.

Étant donné que l’implémentation des tests server-side est plus directe, cela permet des tests et des campagnes d’optimisation beaucoup plus riches.

Cependant, le fait est que pour implémenter des tests server-side il est indispensable de maîtriser les langages de back-end, tels que PHP, Node.js ou Python. Si c’est votre équipe marketing qui exécute votre stratégie CRO, elle est peut-être déjà accompagnée d’un développeur web. D’autres peuvent chercher à embaucher ce profil en freelance. Quoi qu’il en soit, si vous souhaitez démarrer avec des tests server-side, vous allez avoir besoin de deux choses :

  • Un accès au code source de votre site web
  • Un développeur compétent pour configurer et gérer les campagnes server-side

Les avantages et les limites

Entre les tests client-side et server-side, il n’existe pas une méthode mieux que l’autre – les deux ont leur place dans une stratégie CRO. Il s’agit de choisir ce qui convient à votre entreprise en fonction de vos ressources et de vos objectifs. Très souvent, vous voudrez utiliser les deux techniques à la fois.

Les avantages du client-side testing

  • Simple et rapide à lancer ou à complexifier
  • Pas besoin d’avoir des connaissances en développement web (les équipes marketing ne sont pas dépendantes des équipes techniques)
  • Toutes les données de test stockées dans une interface SaaS claire et lisible

Les limites du client-side testing

  • La portée des tests est de nature « esthétique » (forme, couleur, configuration)
  • Difficile ou impossible d’impliquer plusieurs canaux (desktop, mobiles, IoT…)

Les avantages du server-side testing

  • Test complexe, riche
  • Omnicanal

Les limites du server-side testing

  • Des compétences en développement web sont indispensables
  • Les équipes marketings sont moins autonomes

Avec AB Tasty, vos tests server-side bénéficieront des mêmes avantages que les client-side : reporting riches, statistiques bayésiennes fiables et algorithme d’allocation dynamique du trafic vous permettant d’optimiser au maximum chaque visite sur votre site.

Quelques exemples de tests server-side

Mais, le server-side testing vaut-il l’investissement ? Cela dépend de vos ressources, de vos objectifs et de votre niveau de maturité. Certains des exemples suivants illustrent à quel point les tests server-side peuvent être puissants :

Passer du “freemium” au “premium” en douceur

Les entreprises qui proposent une version gratuite de leur produit savent qu’à un moment donné, elles vont devoir commencer à facturer ces services aux clients. La question est, à quel moment exactement ?

C’est la question que se posait AlloVoisins, un site web français d’échanges de services entre voisins. Grâce à la solution server-side d’AB Tasty, ils ont pu effectuer un test d’un mois pour déterminer combien d’annonces gratuites on pouvait publier (et accepter) avant de devoir passer à la version payante. Jauger le moment idéal leur a permis de continuer à offrir un service gratuit pour attirer de nouveaux clients, sans perdre des revenus.

Trouver la limite idéale pour la livraison gratuite

Déterminer la valeur limite du panier avant d’offrir la livraison gratuite … Un problème majeur pour de nombreux sites e-commerce. Une approche server-side testing peut vous aider à déterminer la limite idéale qui incite vos clients à acheter, sans trop dépenser.

Tester vos algorithmes de recherche

Tout test lié à votre moteur de recherche ou “searchandizing” doit passer par une approche server-side. Pourquoi ? Les tests impliquant un nombre de produits consultés, la vitesse à laquelle les produits sont ajoutés au panier, le taux de transaction, la valeur moyenne des commandes… Tous ont besoin d’une méthodologie server-side.

Trouver le formulaire de Paywall idéal

Si vous êtes un média en ligne, les paywalls font probablement partie de votre site web.

Il est possible de mettre en place un paywall client-side, mais les internautes pourront facilement les contourner en supprimant leurs cookies ou leur historique de navigation. Pour une solution fiable à 100%, les règles de déclenchement doivent être gérées côté serveur. De cette façon, vous pouvez tester en toute sécurité l’impact de différents types de configurations de paywall sur votre taux d’abonnement.

Je veux en savoir plus sur le server-side testing avec AB Tasty!

Vous souhaitez en savoir plus sur les tests server-side ? Consultez notre ebook sur 10 tests que vous ne pouvez exécuter que côté serveur.

Prêt pour la prochaine étape ? Contactez-nous pour en savoir plus sur notre solution Contact@abtasty.com

Vous aimeriez aussi...

Abonnez-vous à
notre Newsletter

bloc Newsletter FR

La politique de confidentialité d'AB Tasty est disponible ici.

Article

10min lecture

Que Cache l’Optimisation d’un Site Web ?

Si vous possédez un site Internet, alors vous savez à quel point il est important que celui-ci soit optimisé pour attirer du trafic et générer des ventes (ou des leads) grâce à un bon taux de conversion.

Mais qu’entend-t’on réellement par l’optimisation d’un site web ?

Définition : L’optimisation d’un site web comprend toutes les pratiques techniques et marketing mises en oeuvre pour acquérir du trafic, engager les visiteurs puis les convertir en prospects ou en acheteurs à partir d’une méthode clairement définie qui répond à des objectifs fixés au préalable.

Au-delà de cette définition, il est difficile de distinguer les différents éléments qui constituent l’optimisation d’un site web – tant il y en a.

En réalité, le sujet est si vaste qu’il regroupe plusieurs métiers et compétences nécessaires pour pouvoir couvrir l’ensemble des actions et correctifs à mettre en place pour optimiser son site.

Du design au développement en passant par la vitesse d’affichage et le SEO, nous vous proposons de découvrir les bases de l’optimisation des sites internet grâce à une approche en 3 chapitres.

1. L’optimisation du référencement naturel (SEO)

Search Engine Optimization

Le SEO ou “référencement naturel” est une discipline du marketing digital qui comprend les sous-activités liées au positionnement d’un site internet sur des mots-clés ciblés au préalable sur le moteur de recherche de son choix.

En France, c’est sur Google qu’a lieu l’extrême majorité du SEO : Yahoo et ses concurrents n’ont jamais vraiment réussi à pénétrer le marché français.

Qui dit “Google” dit donc “algorithmes” : l’entreprise californienne qui règne en maître sur les recherches en ligne produit fréquemment des mises à jour de ses algorithmes qui déterminent les “lois” qui font qu’un site internet peut se référencer sur tel ou tel mot-clé.

Le référencement naturel, c’est donc pour votre entreprise sa capacité à se référencer sur Google de façon ciblée et précise : vous cherchez avant tout à vous positionner sur les mots-clés qui vous rapporteront des visiteurs utiles et qualifiés.

Si beaucoup de mythes et de croyances existent autour du SEO, sachez que l’époque de l’achat en masse de liens à faible autorité est révolue : Google pénalise désormais les sites internet qui possèdent des liens externes sans rapport avec leurs sites.

En 2018, le SEO se base sur 3 piliers fondamentaux qui vous permettent de vous référencer.

Le contenu de votre site

Le contenu de votre site est ce qui alimente votre référencement : il est la base même sur laquelle s’appuie Google pour “crawler” votre site et interroger votre contenu afin d’en afficher des résultats sur le moteur de recherche.

Bien au delà du simple remplissage, la création de contenus et de ressources de qualité vous permet d’engager vos visiteurs et de vendre vos produits et solutions : c’est avec le design, l’aspect le plus crucial de votre site.

Évidemment, le contenu de votre site peut se présenter sous plusieurs formes (écrites, visuelles et vidéo) et contiendra les mots-clés sur lesquelles vous souhaitez vous référencer.

Enfin, un contenu de qualité se prête forcément au partage : lorsque votre contenu est partagé, Google interprète cela comme un signal positif.

L’optimisation on-page

En SEO, l’optimisation on-page regroupe tous les aspects techniques nécessaires au référencement sur Google.

Pour aller à l’essentiel :

  • Votre balisage doit être cohérent et doit contenir vos mots-clés ciblés.
  • Votre site doit avoir une bonne vitesse de chargement.
  • Votre site doit être responsive.
  • Votre soit doit être sécurisé via le protocole HTTPS.
  • L’architecture de votre site doit être cohérente et organisée.

Les liens

Même si c’est de moins en moins le cas, les liens sont le carburant du SEO. De façon assez intuitive, Google interprète positivement le fait que plusieurs sites en lien avec votre activité “pointent” vers le vôtre avec un lien externe.

Lorsque vous partagez du contenu ou que vos utilisateurs partagent votre site, vous augmentez la probabilité qu’un site relaye une information ou parle de vous : vous créez donc naturellement des liens externes.

2. L’optimisation des performances techniques

Page speed optimization

Les performances techniques sont le moteur de votre site internet et conditionnent l’efficacité avec laquelle vos visiteurs vont pouvoir visiter et interagir avec votre site : elles sont donc un élément central de l’optimisation des sites web.

Complémentaire au SEO, l’optimisation technique conditionne également des facteurs de performance qui viendront influencer la capacité de votre site à se référencer sur Google.

Pour aller droit au but et vous faire gagner du temps, nous avons scindé cette partie en trois :

L’optimisation de la vitesse

La vitesse d’affichage d’un site est un des indicateurs de performances les plus cruciaux qui soient : on estime en effet que vous risquez de perdre du trafic à partir de 2.5-3 secondes de chargement et que le taux d’abandon grimpe en flèche à partir de 5 secondes.

Les facteurs de ralentissement d’un site web sont nombreux. Il existe cependant plusieurs (merveilleux) outils qui vous permettent d’obtenir un diagnostic rapide de la situation :

En améliorant la vitesse, vous diminuez l’abandon dû à la lenteur de chargement et contribuez également à améliorer votre SEO.

À titre d’exemple, la BBC a calculé qu’elle perdait 10% de son trafic par seconde supplémentaire lors du chargement de ses pages (voir l’étude).

L’affichage sur mobiles et tablettes

En 2018, 52% du trafic mondial est généré par les mobiles avec lesquels la navigation sur Internet s’est fortement améliorée au cours des 5 dernières années.

Pour certains secteurs (dont le shopping !) la part du trafic mobile peut être encore plus élevée et atteindre 70-80% pour certains sites.

Avec une telle utilisation des smartphones sur Internet, il est donc impératif que votre site internet soit optimisé (on parle de “responsive”) pour l’affichage sur mobiles et tablettes.

Si vous créez des landing pages, sachez qu’il existe plusieurs outils de création de landing page qui proposent des templates 100% responsive : un bon moyen de gagner du temps lors de la création de ses pages.

Faire en sorte que son site soit “responsive”, c’est donc créer sa page de façon à ce que le contenu affiché s’adapte à la taille de la fenêtre d’affichage utilisée par le visiteur.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le guide Google dédié à la création de pages web adaptatives.

Les erreurs de pages et l’hébergement

Les erreurs de chargement : tout le monde connaît. Elles prennent la forme d’un protocole HTTP de type 4XX ou 5XX dont les plus courantes sont :

  • 404 (not found)
  • 403 (forbidden)
  • 401 (unauthorized)
  • 400 (bad request)
  • 500 (internal server error)

Le problème des erreurs de page, c’est qu’elles signent souvent la fin de la visite pour les visiteurs qui tombent sur elles.

À l’aide d’un crawler, vous pourrez cependant identifier les erreurs des pages de votre site afin de les rediriger vers des ressources utiles. Pour cela, des outils comme Screaming Frog ou Botify peuvent vous aider.

Lorsque les problèmes de performances ne viennent pas de votre site, ils peuvent venir de votre hébergement : c’est à dire de l’organisme qui héberge les données de votre site qui sont chargées par un internaute lorsqu’il visite votre site.

Pour résoudre ce problème, il existe 2 solutions :

  • Changer d’abonnement (dans le cas où votre trafic dépasse les capacités comprises dans votre abonnement).
  • Changer de solution d’hébergement (dans le cas où vous êtes hébergés par une solution low-cost défaillante).

3. L’optimisation de la conversion et de l’expérience utilisateur

Conversion Rate and UX Optimization

L’optimisation des taux de conversion regroupe toutes les actions mises en place pour offrir une meilleure expérience de navigation et d’interaction entre vos visiteurs et votre site : c’est un aspect crucial pour tous les sites marchands.

En offrant une meilleure expérience d’utilisation, vous augmentez aussi naturellement le taux de conversion de votre site : les utilisateurs sont plus vite rassurés et comprennent mieux votre valeur-ajoutée.

En plus d’améliorer votre taux de conversion, une bonne expérience utilisateur (UX) augmente également votre taux de rétention et la fidélité de vos clients : vos utilisateurs sont plus susceptibles de revenir pour effectuer d’autres achats.

Pour améliorer votre expérience utilisateur, il faut commencer par identifier les problèmes en analysant vos données.

Pour cela, des outils comme Google Analytics vous permettront d’obtenir des informations cruciales sur :

  • Le type d’utilisateurs (par âge, géographie, sexe…)
  • Le taux de rebond
  • Le taux de conversion
  • L’abandon du panier

Il existe évidemment de nombreuses autres données à exploiter pour comprendre l’intégralité des mécanismes d’expérience utilisateur qui ont lieu sur votre site, mais ces 4 premiers vous aideront déjà à cibler les problèmes les plus importants.

Pour aller plus loin, utilisez ensuite une solution d’analyse de données plus poussée comme celle d’AB Tasty. Avec notre solution, vous allez pouvoir suivre le comportement de vos utilisateurs et comprendre leurs interactions grâce aux fonctionnalités suivantes :

User Session Recording. Capturez les sessions de vos visiteurs et visualisez après coup leurs interactions sur votre site pour mieux comprendre leur comportement.

Heatmap et zones de chaleur. Visualisez de façon claire l’interaction de vos visiteurs grâce à des cartes de chaleur : vous savez où vos visiteurs cliquent et où se situent les blocages.

Enquête et feedback utilisateur. Gagnez du temps et demandez vous-même aux utilisateurs ce qui pourrait être amélioré sur votre site !

Segmentation de vos visiteurs. Tous vos clients ne sont pas les mêmes : segmentez le trafic de votre site pour créer des profils types auxquels vous pourrez proposer du contenu et des offres exclusives.

Tests A/B avancés. Utilisez l’A/B testing pour éprouver vos théories : améliorez vos pages et comparez-les aux versions précédentes pour trouver la formule qui fonctionne le mieux.

Lorsque qu’on cherche à optimiser son site, il est courant de ne s’attarder que sur un seul type d’optimisation (SEO ou UX par exemple) : c’est une erreur courante qui ne vous permet pas de réellement augmenter votre chiffre d’affaires.

En marketing digital, on considère que les 3 types d’optimisation (SEO, technique et UX) fonctionnent ensemble : il est inutile d’acquérir du trafic s’il est pas qualifié et si votre site ne permet pas de les convertir. À l’inverse, un site techniquement optimisé ne vous sera que peu utile s’il ne parvient pas à attirer du trafic qualifié.

Cet article vous a plu ? Découvrez nos solutions d’a/b testing et de personnalisation et décuplez rapidement le potentiel de votre site.

Vous souhaitez en apprendre davantage ? Consultez nos articles dédiés à l’optimisation des conversions.